Partage d'actus / Veille informatique

 

Mise en perspective des impacts écologiques du nu...

Depuis les deux rapports du shift project, sur la sobriété numérique et la vidéo en ligne, et avec de plus la semaine dernière la sortie de l’étude de GreenIT.fr, on entend beaucoup parler de la pollution due au numérique. Ces études sérieuses sont là pour rappeler que le numérique n’est pas immatériel, et qu’il doit, comme les autres secteurs, s’intérroger sur sa croissance, son efficacité et ses usages dans un monde fini. Mais, les médias étant ce qu’ils sont, on a vu fleurir des titres racoleurs blamant la jeunesse connectée faussement écolo. On voit aussi des conseils peu pertinents se transmettre et rester dans la tête des gens pour leur simplicité et leur attrait , comme « supprime tes mails et évite la fonction Reply All ». Les chiffres et les constats sont parfois pris hors contexte sans comparaison avec d’autre activités et usages. C’est vrai qu’il est toujours compliqué de bien visualiser les ordres de grandeurs. C’est donc ce que je me suis attelé à faire avec des bulles colorées. Voici d’abord une comparaison en taille des données qui circulent typiquement sur le réseau d’un particulier : On voit qu’on peut faire tout ce qu’on veut avec ses mails, en un épisode de série ou deux, tout est « annulé ». La vidéo est de loin le sujet principal quand on parle de données. Mais là on est dans le pur numérique. Pour comparer avec d’autres choses du quotidien, j’ai ensuite pris une métrique pour laquelle on trouve des données facilement : les émissions de GES, mesurées en kg équivalent co2. D’abord avec des choses dont l’échelle est comparable avec l’impact du visionage d’une vidéo en ligne en France : On voit qu’il est tout à fait cohérent d’être flexitarien et de regarder Stranger Things. Si vous avez de bon yeux, vous pouvez voir le petit point rouge de l’email à coté du point bleu de la vidéo… (non ce n’est pas vrai je ne l’ai pas mis, mais vous pouvez l’imaginer!) Voici maintenant une échelle permettant de visualiser l’impact de la fabrication des appareils, là où se trouve vraiment le sujet des impacts écologiques du numérique : Notez bien que le point bleu de la vidéo est ici multiplié par 365 par rapport au graphique précédent. Bien sur il y a plein d’autres choses à prendre en compte, notamment l’épuisement des métaux et autres matériaux rares pour la fabrication des appareils. Ces métriques montreraient également la domination de la fabrication par rapport à l’usage. Laissez vos emails tranquilles, la grosse bonne action en numérique est de faire durer le plus longtemps possible les appareils et d’éviter d’acheter des gadgets. Ensuite on peut réduire son usage de vidéo ou réduire la résolution. Les données viennent de GreenIT.fr (site et études) et du Shift Project (via les deux rapports sur le numérique). Pour le calcul de l’impact d’une vidéo j’ai utilisé l’application Carbonalyser développée par Richard Hanna en collaboration avec le Shift Project. Les graphiques sont là pour montrer des ordres de grandeur et ne se veulent pas extremement précis. Les chiffres sont arrondis.

Résultats 1 à 10 sur 34